« Facts don’t matter. »

Quoi ? J’arrête de blogger cinq minutes et ça y’est, le monde prend feu ? En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, le Brexit et Donald Trump sont arrivés. Quoique l’on en dise, ce ne sont pas des évènements qui changeront la planète. La planète, elle a changé depuis plus longtemps que ça, de manière pernicieuse. Doucement, surement. Hollande avait néanmoins raison quand il affirmait que « Le changement, c’est maintenant ». Il n’avait juste pas compris que son slogan ne s’appliquait pas tant à lui même qu’au monde qui l’entourait et qui se débrouille très bien, au fond, pour changer sans lui. Les gouvernements se succèdent sans faire changer les choses ? Tant pis, les choses changeront tout seul.

L’élection de Donald Trump fait mal mais n’est qu’une fatalité logique. Un immobilisme extrême ne peut faire qu’entrainer une réaction opposée extrême.

Ceci dit, puisque que comme on dit aux states : « hindsight is 20/20″ , c’est à dire que les évènements sont toujours faciles à analyser après coup, il fallait quand même trouver un coupable. Alors, hein, c’est la faute à qui si un milliardaire mégalo qui nie l’existence même du réchauffement climatique arrive au pouvoir?

capture-decran-2016-09-27-a-15-25-20

Bon, ça va, des coupables, au fond, on en a plein. Le parti démocrate, qui a peut être choisi son pire représentant, et donc, ce n’est pas étonnant comme j’ai pu le lire partout sur Internet si certains ont voulu voter pour un type qui annonce que ce serait bien de buter également la famille des terroristes, invoquant pour cela les épouses sur le territoire américain des terroristes du 11 septembre… épouses qui n’existaient pas.

“The wife knew exactly what was happening. They left two days earlier, with respect to the World Trade Centre, and they went back to where they went.

“And they watched their husband on television flying into the World Trade Centre, flying into the Pentagon and probably trying to fly into the White House except we had some very, very brave souls on that third plane.”

In a GOP debate in December, Mr Trump said that friends, family members and girlfriends of the terrorists “were put into planes and they were sent back, for the most part, to Saudi Arabia. They knew what was going on. They went home and they wanted to watch their boyfriends on television”.

But, according to the 9/11 Commission report, none of the 9/11 hijackers had a wife, girlfriends or family member in America during the days or months leading to the attack.

C’est totalement la faute du parti démocrate, vous dit-on ! Après tout, Hillary a elle même ses torts : elle a un serveur de mail privé tandis que Trump lui, euh…

(à partir de 6:08)

Où en étais-je ? Ah, oui, les coupables ! Parce que ce n’est pas que la faute des démocrates, tout de même ! Il y a aussi la faute des instituts de sondage, qui ont été apparement incapables d’aider les gens à se décider (parce que oui, hein, c’est bien le rôle des sondages d’opinion de vous dire pour qui il faut voter). Il y a également la faute des médias, qui, vous rendez-vous comptes, à force de faire du fact-checking et de révéler les turpitudes de Trump n’ont fait que le rendre sympathique. Ils n’avaient qu’a le traiter convenablement, ce type qui parle d’attraper des femmes par la chatte, hein !

Passons sous silence que les affaires auxquelles Hillary Clinton est liée ont subit un traitementmédiatique équivalent aux Etats-Unis. On reviendra sur le role des médias plus tard.

Tout ces coupables ont un point commun : c’est pas nous.

Et ça, c’est rassurant. Il manquerait plus que l’électorat soit responsable de qui arrive au pouvoir. Vous rendez vous compte ce que ce serait, un tel monde où les gens seraient responsables de leurs actes ? Les médias, les démocrates, les élites, les politiciens, les sondages ! Mais l’électeur ? N’exagérons rien, hein !

Retenez bien cette proposition clef : Facts don’t matter. Un mensonge, répété, martelé, énoncé avec conviction sera toujours plus convaincant et sexy qu’une réalité vérifiée. Si vous le dites assez longtemps, cela devient vrai. Cette théorie n’est pas de moi, mais de Goebbels. Et vu les résultats, j’ose croire que le mec y connaissait quelque chose.

Bref. On ne pourra pas reprocher aux médias d’avoir fait du fact-checking sur Donald Trump. Parfois, avec des gros sabots.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au dela de CNN, une grande quantité de journaux américains ont également fait leur boulot. Le Washington Post, par exemple, a fait un joli descriptif du personnage à travers la litanine d’insultes que reçoivent ses journalistes , et toujours la catégorie « compilations », le New York Times a également bien montré quel type de personnage il était.

Et souvent, le fact-checking a été fait, relativement correctement, comme le montre cet article du Monde.

Et là, vous allez tirer la gueule. Vous allez tirer la gueule parce que qu’en cliquant sur le lien ci dessus, vous verrez Editions Abbonés. Parce qu’une presse de qualité, ça se paie. Parce que des sources fiables, ça à un cout. Parce que l’indépendance ne se nourrit pas de coquillettes et de sponsoring. Parce que l’autre lien que j’ai trouvé rapidement qui avait l’air fiable était sur l’excellent ArretSurImages.net , qui, merde, est payant aussi. Vous retrouverez bien ces infos sur d’autres sites, obscurs, dans des messages de forums ou dans des blogs : mais vous aurez un léger doute, après tout, quelle garantie d’authenticité ?

La victoire de Trump est là, pourtant. Dans le fait que la presse payante, traditionnelle est mourante, exsangue, détruite par la compétition acharnée de la presse à clic et de la presse de réinformation. Avez vous remarqué comme les sites Breitbart, FDesouche, et autres connotés … très à droite, disons, ne mettent jamais leurs articles derrière un paywall ?

La raison en est simple : l’extrêmisme et les idées simples, c’est sexy. C’est facile à comprendre. Ca raconte une super histoire. Peu importe qu’elle soit fausse. N’allez surtout pas nous embêter avec la vérification des informations… D’ailleurs, pourquoi j’irais consulter des infos vérifiées sur une presse payante alors que je peux tout avoir ailleurs sur des sites gratuits ? Les sites gratuits, eux, nous comprenne, parce que la vie est déjà bien assez chère comme ça ! En plus je paie déjà mon abonnement Internet, je ne vais pas payer pour du contenu !

Dans son dernier Last Week Tonight, John Oliver qui présentait chaque semaine uen chronique certes ouvertement Anti-Trump répondait à la question « Que faire ? » de manière très simple : abonnez-vous à un journal.

Et oui, c’est très con. Mais aussi vrai que l’on ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs, en 2016 on ne fait toujours pas de démocratie sans un peuple informé. 

Une presse de qualité, par exemple, fait en sorte que ce genre de connerie ne puisse plus prospérer… Parce que oui, il faut être bête pour croire que cela allait s’arrêter à la fin de l’élection.

 

Je me rends compte que ce billet a déjà atteint une taille respectable, et je n’ai pourtant pas abordé les sujets que je souhaitais aborder initialement. On va clore la dessus pour aujourd’hui, en rajoutant un petit apparté que j’intitulerai sobrement :

Et moi , alors ?

J’vais pas vous mentir. J’ai vécu l’élection du personnage comme un véritable choc. Peut être (probablement ?) plus que de raison, et j’ai encore un peu de mal à réaliser. J’expliquerai davantage pourquoi dans le prochain billet, qui viendra peu après et qui rejoindra certainement celui-ci dans la thématique.

En bref, ce blog va évaluer. J’avais initialement rédigé ce billet sous le titre « La fin du LOL », en souhaitant indiquer pour paraphraser notre futur Chère Leadeuse, que … euh

capture-decran_2016-11-15_11-16-14

Voilà, elle le dit mieux que moi. Malheureusement.

Parce que du point de vue des responsables, en dehors de l’électorat, je suis prêt à en admettre un autre : moi, qui ne suis pourtant pas américain, et tout les autres qui sur Internet écrivent des choses inutiles, futiles, fleurtant bon avec le troll.

Ce blog a 13 ans d’existence. En 13 ans, on viellit, on change un peu aussi. Et au titre des responsabilités, la culture du LOL, du meme, du Troll a probablement quelque chose à voir avec l’élection de Trump. Si je m’attacherai à conserver le ton qui est le mien au cours des futurs articles, je pense que l’on ne peut plus décemment se permettre d’inonder de merde les Interwebs. Je prends donc l’engagement de m’attacher à fournir ce site avec de futurs articles davantage construits et intéressants, ce qui m’empêchera pas également dans un avenir très proche de vous parler de ma rencontre surréaliste avec une tomate moustachue qui a tenté de prêcher l’évangile à mon fils de 18 mois.

Mais c’est un autre sujet.

En attendant, comme l’encourage Obama, donnons sa chance à Trump.

c4jt321.png

 

 

J’ai testé pour vous : le programme pour enfant de Netflix.

Avoir un enfant change quantité de choses dans la vie d’un homme. Le sens des priorités évolue. On se met à dépenser son argent différement, et l’idée d’une sortie excitante évolue de rester au pub jusqu’à minuit à boire 4 pintes et en terminant par chanter le générique de La Bande à Picsou pour devenir des promenades à la base de loisirs de Cergy Pontoise un samedi d’automne à 16h (c’est gratuit, hors saison.)

Mais avoir un gosse, ça change aussi tes programmes TV. La lueur d’espoir que j’avais cru percevoir en voyant mon enfant captivé à l’age d’un mois par Mad Max 2 a disparu en même temps que ce dernier a découvert le programme pour enfant de Netflix.

J’ai donc procédé à une analyse rapide des séries Netflix que semble apprécier mon enfant, à fin de rendre service aux quelques parents qui liraient ces lignes.

Cet article, pour le moment franchement léger, sera mis à jour au fur et à mesure des expérimentations

Petit Ours Brun

Petit Ours Brun est un dessin animé qui me fait froncer les sourcils chaque fois que je l’expérimente. Tout d’abord, parce que dans ma tête, Petit Ours Brun, ça ressemble à ça :

Et en aucun cas à ça :


Quand j’étais petit, et que la première série était déjà diffusée je trouvais le générique et la chanson de Henri Dès suffisament traumatisantes pour  ne pas avoir envie d’aller chercher plus loin. Après tout, j’avais déjà Téléchat (tiens, faudra que j’essaie de le passer à mon fils) pour me traumatiser.

Bref, bien conscient que jamais un enfant qui aurait grandi en regardant Petit Ours Brun n’accepterait de montrer à son enfant un truc pareil, les ayant droit ont commissionné cette nouvelle série, avec une esthétique qui se donne un air plus sympathique. Un peu comme quand la clientèle du KFC enfile une tenue de soirée.

Ca peut marcher pour les enfants, mais ça ne prendra pas l’adulte que je suis qui sait pertinemment que les ours sont des créatures horribles coutumières de ce genre de fait divers :

Screenshot_20160821_224844Screenshot_20160821_224748Screenshot_20160821_224702Screenshot_20160821_224613

Je serai pas surpris que cette série soit l’oeuvre d’un tueur en série sadique, de la même espèce que celui qui offre des bonbons aux enfants dans des parcs afin qu’ils se sentent faussement en sécurité.

En plus, je ne suis pas certain des valeurs diffusées par cette série : soyons franc, Petit Ours Brun est un sale petit con. Il passe son temps à faire des conneries, refuse de prêter ses jouets, emmerde ses parents à longueur de journée et cause des dégats considérables au mobilier. Pendant ce temps, le générique le décrit comme « malin » et « coquin » et les parents ne le grondent jamais.

C’est assez suspect. Je serais Papa Ours Brun, je lancerai au moins quelques gros mots par épisode, mais non. Son calme est franchement désarmant. Du coup, je continue de regarder, car je m’attends à un rebondissement bien gore au dernier épisode.

Et d’ailleurs, qu’est ce que c’est que ce bordel? Le Prénom de « Petit Ours Brun » est « Petit Ours », tandis que ses parents s’appellent respectivement « Papa Ours » et « Maman Ours ». Mais donc, les parents de ses parents leur ont donné ces noms là quand ils étaient gamin ? Y’a t’il du mariage forcé dans l’air ? Ou bien est ce quelque chose de plus lugubre, et Petit Ours Brun vit il dans un univers où son Papa a toujours été un papa ?

Putain.

Cette série me fait chier profondément. En plus ils habitent à la campagne, ne sont même pas fermiers et ne foutent jamais les pieds dans une ville ou dans un magasin : de quoi vivent ces gens ?!

L’avis de mon fils : Il fait des bisous à mon smartphone quand je mets un épisode dessus, donc j’imagine que ça lui plait.

Trotro l’âne rigolo

Ca va aller très vite.

Le concept de Trotro l’ane Rigolo, c’est « On va faire Petit Ours Brun… mais avec un âne. » .

Et ça marche. Trotro est un âne aussi peu rigolo que Petit Ours Brun est un emmerdeur. Et il est aussi emmerdeur. Il passe son temps à se rouler dans la boue, à piquer les jouets des autres, à refuser d’aller au lit, et de manière générale à empêcher sa famille de tourner rond.

Mais comme le dit le générique, il est « trop trop rigolo » et c’est « l’ami qu’il vous faut ».

trotro

J’aurais un pote pareil, je passerai mes journées à me demander quel méfait insondable j’aurais donc pu comettre pour mériter une telle punition cosmique.

L’avis de mon fils : Il dandine des fesses quand la trompette du générique se fait entendre. Ca veut dire qu’il trouve le dessin animé bof, mais que la trompette, en revanche, c’est trop le bon kif.

Les films Disney

Bizarrement, la valeur sure reste la valeur sure.  Préférez ceux avec des chiens et des chats si vous voulez les montrer à des enfants en bas âge, évitez surtout le roi lion et attendez plutôt qu’il atteigne un âge où son esprit critique lui permet de distinguer les faits réels de la Propagande.

Pokemon

Certains me diront peut être que Pokemon, c’est peut être un peu trop tôt pour un enfant de un an. C’est faux. Il n’y a pas d’âge pour apprendre que maltraiter des animaux pour sa propre gloire en les enfermant dans des boites et en les forçant à se foutre sur la gueule alors qu’ils n’ont rien demandé, c’est excessivement cool. Mon petit a semble-t-il parfaitement intégré le concept puisque je l’ai surpris à plusieurs reprises essayer d’arracher les énormes couilles de mon chien. Dont une fois avec les dents.

Pokemon est une série hautement instructive. En plus d’inculquer à votre progéniture l’absence de respect total auquel les animaux ont droit, la série enseigne également que c’est parfaitement normal de quitter ses parents à l’age dans 12 ans pour passer ses journées à se promener dans les bois à la recherche d’animaux sauvages. Parler aux étrangers qui veulent « des petits services » n’est pas seulement une activité autorisée, elle est également encouragée.

Malheureusement, Pokemon n’enseigne à personne le snes de l’observation ou de la jugeote élémentaire. Vous n’imaginez pas le nombre de fois où j’ai hurlé devant ma TV : « Ce ne sont pas des marchants ambulants, c’est la Team Rocket, TAS DE CONS. » devant mon fils parfaitement médusé. J’imagine que lui même comprend qu’après 47 tentatives de vol de leur Pikachu par le même couple bizarre, il faudrait logiquement un peu plus qu’une fausse moustache pour que la 48ème aie une chance d’aboutir.

250px-lord_sir_james_jamison

Mais pas les héros de Pokemon, non. Ils sont cons comme des pelles. En cela, j’imagine qu’ils s’entendraient bien avec Trotro et Petit Ours Brun, et qu’un crossover entre les trois séries pourrait être marrant.

Ils l’ont bien fait pour les Experts.

L’avis de mon fils : Il échoue lamentalement au pokerap, mais je garde espoir. Il a le temps avant l’entrée en maternelle.


Man Vs Food.

Alors ce n’est pas vraiment un dessin animé, et il faut ruser un peu légalement pour y accéder sur Netflix US, mais si votre gamin est comme le mien, et bien voilà quoi : Man Vs Food, c’est un gros bonhomme qui bouffe des burgers gros comme mon cul, avec du piment chaud comme le votre.

Le but de l’épisode est de savoir s’il va arriver à la fin du plat ou non. Contrairement à la série Olive & Tom, parfois, ça finit mal.

ccba60d381e9eeda2e78719bf44da78e

L’avis de mon fils : « Hmmmm!!! MMmmm !!!!! MMMMMMM !!!!!!! » 

Gilmore Girls

gg306-41fc4499_-_h_2016

En tant qu’adulte, quand vous retombez sur Gilmore Girls après Netflix, il y a tout d’abord le coup de cafard immédiat consécutif à la réalisation subite que lors de la première diffusion, vous aviez l’âge de vous taper la fille alors que maintenant c’est plutôt la mère qui vous correspondrait le plus. Une fois le choc passé, vous gardez cette pensée pour vous, avant de la poster parfaitement incognito sur un blog miteux.

Bref.

Gilmore Girls est actuellement la série préférée de mon fils (1 an, rappelons le), pour une raison que je ne m’explique temporairement que parce que le générique est sympa.

J’espère avoir plus d’éléments plus tard sur la fascination étrange qu’il peut avoir sur le reste de la série. A ce stade, je ne peux que me perdre en théories :

  • Il y a un mec qui porte une chemise à carreaux et une casquette EN PERMANENCE et c’est assez hypnotique
  • Il y a un black qui parle EN PERMANENCE de manière très effeminé avec un faux accent italien et c’est assez perturbant
  • Le village de Stars Hollow est EN PERMANENCE d’une propreté hallucinante, et mon fils est né en région parisienne.
  • Une grande partie de l’action se passe dans une cuisine (voire série précédente)
  • A la fin de chaque épisode, on entend à nouveau le générique, donc bon, y’a plus qu’à attendre.

L’avis de mon fils… reste un mystère.

TO BE CONTINUED comme on dit chez moi.

 

Les 10 meilleurs prochains attentats de l’Etat Islamique

(Le n°3 va vous étonner)

J’ai l’impression que l’Etat Islamique se ramollit depuis quelques jours.

Certes, on a eu des attentats d’ampleur ces derniers mois, des trucs qui tachaient vraiment. Du camion qui pulvérise 70 personnes, des bombes en turquie, en Afghanistan, qui pètent massivement mais la nouvelle de l’attaque à la machette Belgique qui n’a même pas fait un mort m’a tout de même laissé perplexe. Au point où j’ai dit à ma femme, « Ouais, c’est tellement naze que jamais l’Etat Islamique revendiquera cette merde. ». Et bien si, ils ont revendiqué ces connards, ils ont importé la terreur jusqu’à mon domicile en me faisant passer pour un con auprès de mon épouse.

Deux blessés, quoi, sérieusement.

Donc, puisque ça à l’air d’être un peu la débandade, et puisque Facebook a décidé de lutter contre le Clickbait, profitons pour anoncer rapidement la liste des 10 prochains trucs probables que l’Etat Islamique pourrait revendiquer dans les jours à venir.

10. Se garer sur ta place de Parking

9. Mettre trop de sel sur tes frites au kebab

8. Lacher un pet un peu trop odorant a côté de toi dans ton ascenseur (en criant « Allah

Akbar ! », tout de même

7. Te doubler sans mettre le cligno

6. Passer en douce derrière toi dans le métro sans ticket

5. Payer en retard la taxe d’habitation

4. Te mettre Salade, Tomate, Oignon alors que t’avais dit « pas de tomate »

3. Eternuer en public (attaque bactériologique), en disant « Allah Akbar » au lieu de « Atchoum »

2. Ouvrir un site miroir de Torrentz.com

1. Laisser se dérouler tranquillement un concert de Christophe Maé

Comme dirait l’autre, le terrorisme, il faudra bien se décider à vivre avec…

Pokemonde.

Localisation-Pokémon-Go

Il parait que si l’on voulait avoir des clics la semaine dernière, il fallait faire un article, une vidéo sur Pokemon. Pour dire que c’est de la merde, pour dire que c’est génial, pour dire que certains pensent que c’est de la merde tandis que d’autres trouvent ça génial. L’essentiel était d’en parler, peu importe le fond, la forme, ou tout ce qu’en dira Décathlon. Le titre du média est le message.

Et comme cela fait un long moment que j’ai blogué sérieusement, pour des motifs sur lesquels je m’étendrai plus tard, Pokemon est de toute évidence un sujet de choix pour se remettre le pied à l’étrier.

Alors, Pokemon Go, de la merde ou pas ?

b6e0ded1124a9f040bd225fa5c5eb0a9

(Une image que j’ai trouvé en googlant « Shit or not »)

Bon, faut le dire clairement : si vous n’y jouez pas, c’est clairement de la merde. Et de la grosse. Celle qui pue, celle dont votre chien fait profiter les voisins. Tout simplement parce que même si vous vous en vous moquez éperdument, vous subissez tout de même les collègues qui en parlent en permanence et les abrutis dans la rue.

Et j’ai envie de vous dire : bien fait pour vos tronches, maintenant vous savez ce que j’ai ressenti pendant l’Euro. Au moins, nos bulbizarres ne vous empêcheront pas de dormir, enfoirés.

4250763lpw-4250788-article-marseille-violences-hooligans-jpg_3600776_660x281Pokemon-go-central-park-930x465

(Quitte à choisir un camp, autant choisir celui qui emmerdera TF1)

Bref. Au final donc, le seul côté négatif de Pokemon Go est franchement un avantage pour les gens frustrés et haineux de mon espèce. Bon, on va pas également nier que l’on se sent un peu mal à l’aise quand on croise des barbus au t-shirt taché qui n’ont pas vu un extérieur depuis six ans (la dernière fois, c’était pour acheter une extension pour World of Warcraft) et qui errent avec hésitation dans les jardins d’enfant parce qu’un Loupoutou aurait été aperçu dans le coin. C’est légèrement flippant. Mais dans mon quartier, ça permet de faire fermer leurs grosses gueules à ces étudiants en école de commerce qui se rassemblent désormais silencieusement au lieu d’ouvrir leur bouche bruyamment pour dire des conneries du style : « On ne m’a proposé que 2000 euros pour ce stage, alors que je fais l’ESSEC, quoi, merde. ».

essec_rabat_afrique_atlantique

« Nous sommes les premiers en placement opérationnel stratégique sur les Racaillou et nous sommes en train de former nos étudiants à se positionner de manière agressive sur les Hypnomades »

Bref, Pokemon Go remplit déjà en ce qui me concerne le double objectif de faire chier les gens et de leur clore la boite à caca. Une mission donc circulairement remplie.

Ensuite, désolé, les Pokemon, c’est cool.

Le premier jeu est sorti quand j’avais pile 15 ans. A 15 ans, on est un peu des gros cons et votre serviteur n’échappait pas à la règle. A 15 ans, on préfère être le mec qui joue à GTA (C’est tellement transgressif!) que celui qui joue aux Pokemon sur sa gameboy. T’as envie d’être un bonhomme avec de la thune, des grosses couilles qui baisent des meufs, et qui boit un peu trop d’alcool.

dc79c98d6de1941eb054c693c27b9c85-pokemon-vs-call-of-duty

A 33 ans, les choses sont légèrement différentes.

A 33 ans, déjà, généralement, cet objectif est bien atteint et n’est pas toujours aussi fun que tu le crois. A 33 ans, tu te réveilles à 4h du matin parce que le gamin que tu as conçu dans des circonstances pourtant excitantes a perdu sa tétine, tu te réveilles en chiant du sang parce que t’as trop forcé sur le Calva hier soir alors que tu sais très bien que ça te le fait à chaque fois. Quand t’as un peu émergé, tu lis les infos, vite fait, tu prends connaissance de l‘attentat du jour, tu consultes ton compte bancaire que ces connards du FISC viennent encore de ponctionner, t’avales vite fait ton café, tiède parce qu’entre temps t’as changé la couche pleine de chiasse du gamin, et tu te dépèches d’arriver au bureau parce que le formulaire DAS-4141 pour le dossier KRAMER doit partir avant 9h30 sinon la Direction Régionale risque de téléphoner à ton N+1 qui trouve déjà que tu prends trop longtemps pour ta pause déjeuner.

auchan2

Bon, le soir, t’as le choix : tu peux regarder de la violence, tu peux lire de la violence, ou tu peux boire et perpétuer le cycle infernal.

Mais non, mec, écoute moi bien. Moi j’te dis, t’es pas obligé. Tu peux envoyer tout ça chier. La guerre en Syrie. L’impôt sur le revenu. Les hémorroïdes. La tétine. Tu peux envoyer tout ça aller se faire foutre. Il faut pas grand chose. Il faut juste un putain de smartphone avec Pokemon Go, tu prends l’air 30 minutes, et t’as une semi-gaule quand un Roudoudou apparaît devant toi. Ils sont marrants les Pokemon. Bon, ok, ca légitimise le combat d’animaux et la maltraitance en général, mais on s’en fout, on va se dire qu’au fond d’eux mêmes, ils adorent ça, comme ton connard de clebs qui a déchiqueté le sofa hier soir. Tu fais une trentaine de pas de plus, et tu vois un autre mec excité parce qu’il a vu un Miaouss là, dans le coin, ne le loupe pas, putain, ne le loupe pas. Miaouss, c’est quand même le chat de la Team Rocket’.

Du coup tu rentres de ta chasse, t’es content, mais tu peux pas aller tout le temps dehors. Tu mets Gulli pour ton mioche, ça t’évitera de t’avoir à t’en occuper pendant les dix minutes ou tu te prépareras tes pâtes et ta tranche de jambon. Et là, merde, Gulli après Chica Vampiro ils diffusent un dessin animé qui s’appelle « Sprout a craqué son slip. ». L’histoire d’un enfant qui lutte contre une invasion de culs extraterrestres.

Haha, c’est con putain. Tu souris. Puis tu vois que ton fils sourit. Et là tu te dis, merde, ça va lui donner des idées à ce con, quel message va-t-il retenir de tout ça ? Donc tu lances Netflix et …. putain ? Y’a le dessin animé Pokemon sur Netflix ? Allez zou, juste un épisode le temps que l’eau bout. Merde, c’est pas aussi pourri que tu t’en souvenais quand c’était diffusé sur TFOU ! Le mercantilisme s’est un peu calmé. Les dessins sont sympas. Allez, bon, on en regarde un deuxième. Tant pis, tu regarderas Camping Paradis un autre soir.

Le petit s’endort.

T’as la maison, et la chambre à coucher juste pour toi.

Hmmmm….

(On a rarement fait mieux)

Bon, ben allez, quitte à être dans le trip, t’installes un émulateur Gameboy sur ton smartphone, et tu chopes la ROM de Pokemon Jaune. C’est légal si tu l’effaces dans les 24h, tu l’as lu sur un site Geocities quand t’avais 15 ans. T’aurais pu jouer à GTA 5. T’aurais pu te prendre la tête sur City Skylines. T’aurais pu te la péter Old School éclairé en avançant dans Pillars of Eternity. Mais, non, ce soir c’est Pokemon. Pas de mort. De la violence à minima. Des trucs trop choupis.

Et demain matin, tu ne chieras pas du sang. Demain matin, tu arriveras au bureau avec un sourire benêt, et tes collègues se diront entre eux à la machine a café, « lui, il a tiré sa crampe ». Mais toi, tu sauras que t’as eu le badge dans la deuxième arène juste avant de capturer un Racaillou, et que ça vaut toutes les crampes du monde.