JAPON 2/5 – Les japonais sont sympas et bizarres.

Si il y a bien un truc susceptible de choquer un occidental en vadrouille au Japon, c’est à quel point les japonais sont sympas.

Comme mentionné précédemment, ils disposent d’une grande quantité de mains d’oeuvre uniquement employée à nettoyer les rampes d’escalator ou à vous prévenir qu’une voiture sort d’un parking, voiture qui s’arrêtera systématiquement pour vous laisser passer parce que de toute façon les japonais travaillent déjà 85 heures par semaine et le temps qu’un piéton traverse leur permet de profiter d’une petite pause bien méritée et de méditer sur le sens de la vie pour les plus philosophes d’entre eux, ou pour les artistes de composer quatre haikus et faire trois origamis, le tout en conduisant.

Au départ, quand on est parisien, c’est plutôt plaisant de rencontrer des gens sympas.

Rapidement, cependant, cela se gâte. Tout d’abord parce que justement on est parisien, et donc, qu’est ce que c’est que ces connards qui se permettent de vous demander si vous avez besoin d’un coup de main chaque fois que vous avez l’air héberlué en regardant un plan dans la rue ? Ils veulent se mettre au dessus de la critique en étant sympas avec tout le monde ou quoi ?

La vérité c’est que… non, j’en sais rien en fait, il faudrait demander à un japonais, et je n’ai pas poussé l’investigation journalistique jusque là, parce qu’il ne faut pas déconner non plus. D’ailleurs, la seule fois où la rédaction a tenté d’établir un dialogue avec une écolière (ce n’est pas ce que vous croyez), elle lui a demandé si elle connaissait des films européens et a eu en réponse « Titanic ».

Image

(Les japonais ont adoré Kate Winslet dans Inception.)

Ceci dit, la nature humaine est ce qu’elle est, et même dans un peuple congénitalement programmé à être cool, on retrouve quelques enculés. Au fond, c’est plutôt rassurant sur la nature humaine.  La rédaction s’est faite ainsi agressée au cours de ces vacances à trois reprises :

– Une vendeuse nous a demandé d’arrêter immédiatement alors que nous prenions en toute illégalité cette photo dans un magasin Lush japonais.

Image

Voilà. Alors pour information ça ne se mange pas, c’est un produit de beauté. Et ça existe aussi en marron et en brun. On savait que c’était pas bien, mais c’était tellement rigolo qu’il était hors de question que nous passions à côté de notre devoir d’informer. Les japonais se barbouillent avec du caca. Voilà. Bon, du coup, comme on a outrepassé le règlement, on se dit qu’en fait c’était pas vraiment eux les enculés, mais bon, on s’en fout. Et puis si j’étais honnête jusqu’au bout, je vous dirai également que ce produit se trouve également au Canada ce qui rend cette situation encore plus bizarre venant d’une population pour partie francophone.

 – Quand je prenais des photos d’une mignonne petite statue près d’un temple,  une japonaise m’indiqua avec beaucoup d’insistance que la Tour de Tokyo, ce qui me fait une belle jambe dans la mesure où j’aurais été véritablement un gros abruti pour ne pas m’en apercevoir. Ca revenait en gros à indiquer à un type sur le Champ de Mars où était la Tour Eiffel, ou donner la direction de la mer à un mec qui bronze tranquillement sur une plage. J’ai pris cela sur le coup comme  le signal qu’on me demandait de dégager, et sans moindre justification.

J’apprendrais plus tard que j’étais en fait en train de photographier des statues représentants des enfants morts-nés dans un temple qui leur était dédié, et qu’il parait que ça ne se fait pas. On ajoutera donc les enfants morts-nés aux parties génitales s’agissant des tabous des Japonais.

P1060930

(Le Japon, pays des enfants morts-né kawaii )

-Le clash le plus violent a eu lieu en mon fort intérieur, quand à la recherche d’un restaurant pour me sustenter après une dure journée d’investigation, on me servit pour 60 euros un demi verre de saké et 6 ou 7 sashimis (désigné sur le menu comme un “assortiment” pour “une ou deux personnes”).

Ce qui a provoqué une double réaction : tout  d’abord, je suis allé MANGER pour de vrai dans un restaurant où j’ai eu un repas complet et d’aussi grande qualité pour 600 yens. Et ensuite, j’étais tellement énervé que j’ai pris cette photo de quenelle devant le lieu du crime.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

(Vous n’aurez aucune preuve.)

Ou bien une photo d’autre chose. Je préfère laisser le doute dans l’air. Ca serait con que ce blog ferme pour quelque chose que j’ai fait ou non, et j’ai décidé d’ironiquement ne pas assumer. Peut être.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s