#jesuiscon

Le mercredi, c’est également le jour où Journalismetotal.FR tient sa conférence de rédaction. Ca se passe généralement en buvant un thé, en se grattant le nez, et en se demandant quel genre de connerie on va pouvoir écrire sur son blog vendredi. Le plus dur est de trouver un sujet. Par principe, je tiens a éviter les sujets trop sérieux, car hors sujet sur ce blog idiot, ou trop traités, parce que quelqu’un de plus talentueux que moi y sera déjà forcément passé.

Cependant, il est difficile de ne pas écrire quelque chose sur les évènements toujours en cours à l’heure où j’écris ces lignes. En fait, c’est quasiment impossible. Non pas parce qu’il est indispensable qu’un petit bloggeur insignifiant écrive son petit avis sur WordPress, mais parce qu’il m’a été foutrement impossible de penser à autre chose ces derniers jours.

Par contre, j’ai toujours ce défaut. Devenu quasi-professionnel, depuis plus de dix ans que j’anime ce blog. Détecter les cons. Les exposer. Je ne peux pas m’en empêcher. C’est une sorte d’allergie, viscérale. Faut que ça sorte.

Je ne dirai rien sur les deux tireurs, sur la liberté de la presse, sur les grands principes républicains. Comme expliqué plus haut, cela serait à la fois hors sujet et déjà développé par des gens plus doués que moi.

En revanche, il y a plein de choses à dire sur des sujets connexes, sur les cons en général, et sur certains d’entre-eux en particulier.

– Les gens qui s’inquiètent parce que ça se passe dans le pays où t’habites

J’ai reçu des messages de personnes me demandant si j’allais bien. Vraiment. Au cas où, complètement par hasard, je me serai trouvé en train de faire les soldes à Paris. Dans la rédaction de Charlie Hebdo. D’autres contacts, internationaux, entendant douze morts dans une fusillade à Paris ont également souhaité savoir tout à fait sérieusement si je faisais partie d’entre-eux. Vraiment. C’est très con. Actuellement, la prise d’otage est en cours et on me demande si je « ne suis pas trop inquiet ». Ils ne sont, il est vrai, qu’à soixante kilomètres de chez moi. Tout peut arriver.

– Les gens qui postent le tag #Jesuischarlie et qui se sentent dépositaires de la liberté de la presse mais qui propulsent Trierweiler en tête des ventes

Ahhh, on l’a vu ce tag, Jesuischarlie. On l’a vu ! Difficile de le critiquer. Il n’est pas besoin d’avoir ouvert un seul numéro de Charlie Hebdo pour se sentir solidaire de ce qui se passe. Pourtant, c’est difficile à dire, mais il y a un petit arrière goût. Un goût qui pue. Un goût qui rappelle le « Nous sommes tous des américains » du 12 septembre 2001 qui fait aujourd’hui marrer.

Je sais pas. C’est peut être le fait qu’une bonne partie des gens qui se réclament de ce mouvement réclament également un Patriot Act à la française. Ou bien pour une bonne partie d’entre eux exprime leur droit à la liberté d’expression en propulsant Trierweiler et Zemmour à la tête des ventes. Ouais. Ou bien quand tu lis qu’Ayem, présentatrice people, appelle les musulmans à descendre dans la rue.  Ouais. C’est vraiment bien la liberté d’expression, surtout de la façon dont on l’emploie. Bref, ça y’est, j’ai mis le doigt dessus en écrivant ce paragraphe. Les cons de cette catégorie ? Les abrutis qui se posent en parangon de la liberté d’expression et qui n’en ont soit rien à foutre les autres jours de l’année, soit utilisent cette liberté à son plus grand déshonneur.

-Les abrutis qui demandent aux musulmans de se désolidariser

Ouais, allez, on va faire comme ça. On va aller crescendo dans la connerie. Vous les avez forcément entendus, ces commentaires si vous gardez une oreille ou deux ouverte. « Et ils sont où les musulmans , hein ?  » « Pourquoi ils descendent pas dans la rue ? ». Ils sont dans la rue, espèce de gros con. Ils étaient sur la place de la république mercredi soir, t’as juste peut être pas vu qu’ils étaient musulmans, ou bien t’as pas voulu le voir. Mais le chef des musulmans il dit rien ? Bah, si. Boubakeur a condamné. Mais le pape des musulmans, on l’entend pas ? Ah ça, le pape des musulmans…

 

 

On atteint ici un degré de pureté assez significatif dans la connerie. En gros, dans une bouteille, on verrait 80% de connerie avec 20% de haine. Ca n’est donc pas parfaitement con, c’est juste assez infect. Parce qu’en demandant aux musulmans de se désolidariser, on soutient de facto qu’ils sont solidaires. C’est la position par défaut. Genre le renouvellement tacite de ton forfait internet. Bref, on appelle ça la présomption de culpabilité. C’est comme dans la chanson, « Y’en a des biens », mais bon. C’est construire le choc des civilisations et des cultures, et surtout l’importer chez soi.

Mec, si tu te désolidarises pas, t’es la cinquième colonne de Daech.

Je sais que y’a la tête à Fogiel sur le lien intégré, mais sérieusement. Cliquez. C’est d’intérêt public.

La minute de silence.

Non. J’ai rien à dire sur le principe de la minute de silence. Vraiment. Si un truc mérite une minute de silence, c’est bien tout ce bordel.

Par contre, autour de moi, j’ai pu constater que dans certaines entreprises ou certaines administrations, les N+1 , N+2 et outres ont laissé des consignes allant dans le sens du caractère obligatoire d’assister à ces rassemblements.

On va passer outre sur le fait que c’est illégal.

On va se contenter se marrer doucement (et jaune) sur le fait de chercher à rendre obligatoire la participation à une action sur la liberté d’expression.

 

– Les gens qui estiment que maintenir Charlie n’est pas assez et qui veulent qu’on imprime le nouveau a 60 Millions d’exemplaires, et qui ont jamais appris l’existence du PDF.

Ca, c’est moins méchant, et moins puant que les deux exemples précédents. Néanmoins, on a dit qu’on classerait du moins con au plus con. Bref, dans ma boite mail, j’ai reçu cette merde.

Capture du 2015-01-09 13:00:41

Qu’est ce qu’il faut être con, putain. L’idée est de faire en sorte que chaque français soit capable de disposer d’un exemplaire du « dernier Charlie Hebdo »

Oui. Sauvons Charlie Hebdo en faisant une dépense que ni Charlie, ni les médias associés soient capables de supporter. Supportons Charlie Hebdo en organisant une banqueroute générale, mais tellement symbolique.

C’est vrai que c’est une idée géniale ! Ah bon sang, si seulement il y avait une possibilité en 2015 de dupliquer un document à l’infini, sans coût,  ni rien, idéalement sans papier et je… Bref. Si vous pensez que je sous entend que ces abrutis n’ont jamais entendu parler du PDF, vous avez parfaitement raison.

En plus, j’ai du mal à comprendre : on sauve Charlie Hebdo en réimprimant le dernier numéro. Mais si Charlie Hebdo est sauvé et continue… C’est lequel le dernier numéro ? Il sort quand ?

Les Anonymous

Tremble, dijhadiste, treeeeemble ! Anonymous va te couper ton site internet !

Le « collectif » a annoncé qu’il s’apprêtait à lancer des attaques massives de déni de service sur les sites internets soupçonnés de participer à la propagation des idées djihadistes. Bonne chance pour couler Facebook, les gars.  J’imagine également trop le mec qui essaie de se connecter sur http://www.mohammedjihad.com , reçoit une erreur en réponse et se dit « Ah ! Flûte, bon, ben je vais aller lire un article Wikipedia sur le Big Bang. ».

Accessoirement, on peut s’interroger également sur la pertinence de chercher à venger la liberté d’expression en essayant de couper illégalement l’accès à des sites internet. Ouaip. Ca me parait pertinent.

-Les journalistes de BFMTV

BFMTV est toujours assuré d’avoir une place de choix dès qu’on parle d’actualité et d’abrutis. Ils ont failli finir N°1 du classement, mais in extremis, quelqu’un a fait très fort pour leur ravir la place de choix. Le jour même, je ne comptais pas les « On en sait plus mais on vous dira rien, les gars, on respecte le travail de la police » répétés en boucle par les grands présentateurs, qui auraient pourtant trouvé plus facilement du boulot dans les usines à teasers pour Hollywood que comme journaliste.

Hier midi, également, ils déclenchaient un vent de panique en annonçant qu’une Clio armée d’AK47 et de lance roquettes fonçait tout droit vers Paris ! C’est sur, ils allaient commettre un dernier baroud d’honneur et mourir en kamikaze ! On les a repéré aux portes de Paris, pensez donc ! Toute la ville est en état d’alerte ! La suite, on la connaît.

Et à l’heure où j’écris ces lignes ?

Un type nous explique que le GIGN est « indestructible », un autre est sur un rond point, zoom sur du brouillard. L’écran se remplit de gris.

T’as le scoop, coco!  « Ils sont juste derrière, là, houlala ! « .

Attendez, voici que l’on a un voisin au téléphone ! Alors, voisin, vous entendez quelque chose, vous avez vu des trucs ?

« Ben y’a beaucoup de voitures de police. »

« Merci voisin ! C’est une exclusivité BFM TV ! »

Mais attendez, un autre appel !

« Sandrine, vous qui habitez Dammartin, je crois qu’une de vos voisines est venu chez vous ?
– Oui, non, en fait c’est une copine de ma fille et les volets sont fermés …
– Ohhhh ! »

C’est con les gars, il y a des gens qui sont prêts à répondre à vos interviews ! Regardez sur Twitter !

Capture du 2015-01-09 13:28:05

-Et la palme du gros con revient à…

Vous vous en doutez : il fallait faire de gros efforts pour arriver à surpasser les éléments déjà évoqués dans ce classement. J’avoue : je ne croyais pas que c’était possible.

Et bien si.

Sur RMC, un abruti de député a annoncé qu’une autre personne se cachait dans le bâtiment dans lesquels les preneurs d’otage étaient retranchés, mais fort heureusement, ceux-ci n’étaient pas au courant !  OUF !

 

C’est la deuxième fois que j’écris sérieusement sur ce blog. Sans sourire. Sans me dire « Haha, qu’est ce que je suis con putain ! » La deuxième. La première fois, c’était quand on m’avait reproché d’avoir utilisé un exemple féminin dans un billet d’humeur plus à vocation humoristique qu’autre chose. On m’avait envoyé des tas de mails d’insulte, des histoires de sensibilité heurtée et des demandes de modification du billet. Sensibilités et indignations à la con, toujours. Liberté d’expression, toujours.

Prouts & Caca à Pyongyang : Un résumé.

Seth Rogen a t’il lui même piraté Sony Pictures à deux reprises pour faire bénéficier sa carrière d’amateurs de prouts ?

C’est une théorie. Je n’en suis pas trop sur. A vrai dire, comme tout ce qui sort de Sony Pictures ou de Seth Rogen (particulièrement de certains de ses orifices sur lesquels j’aurais malheureusement l’occasion de revenir), je m’en moque un peu.

La seule chose qui m’importe à ce stade, c’est que l’on arrête de pirater Sony.  Par pitié. laissez les tranquille. Et laissez moi tranquille par la même occasion.

La dernière fois, déjà, j’avais déjà bien trop souffert.

Pour ceux qui ne s’en souviendraient plus, ou qui s’en taperaient le Cotillard, en 2011 Sony avait déjà subi un hack humiliant. Il concernait le Playstation Network, chose qui aurait été sans importance pour moi si le numéro de ma carte bancaire n’était pas alors stocké sur ce réseau. Oups. Sony a donc mis sa plateforme de jeu en ligne hors ligne, pendant plusieurs mois le temps de s’assurer que leur sécurité informatique était bien au top niveau. On les félicitera donc au passage pour ce bon boulot. Mais ce qui importe ici c’est la façon dont Sony a souhaité de s’excuser de cette indisponibilité. En plus d’un ou deux jeux, trois films étaient offerts. Je n’ai pas regardé Punisher 2 , mais j’ai malencontreusement accepté de subir Frangins Malgré Eux et Délire Express.

Dans Frangins Malgré Eux, Will Ferrel et John Reilly jouaient deux attardés mentaux qui multipliaient les gags à base de prout, de pipi, de caca, et de plutôt bon goût dans l’ensemble. J’avais déjà de gros doutes sur la sincérité des excuses de Sony en regardant ce film, notamment une scène ou Will Ferrel lèche les testicules de l’autre pour je ne sais plus trop quelle raison. J’avais à l’époque fait une capture d’écran, imprimé celle ci accompagné d’un « Merci pour vos excuses, mais ça va pas le faire. » mais le courrier n’était jamais parti pour cause de procrastination.

Le deuxième film offert était Délire Express, et impliquait déjà Seth Rogen et James Franco. Deux acteurs dont je n’avais pourtant à l’époque jamais entendu parler.  Délire Express, comme son nom l’indique, est une comédie ou deux gros cons fument des joints en faisant des prouts et en parlant de leur bite.

Autant dire qu’à ce stade, je n’avais plus envie DU TOUT que Sony subisse un hack de quelconque sorte. Les mois qui suivirent, je voyais de plus en plus la tronche de Seth Rogen dans des films qui avaient l’air géniaux : Prouts & Caca chez les flics, Prouts & Caca chez les voisins, Prouts & Caca chez Maman, Prouts & Caca dans un bar avec des extraterrestres.

Quand tout ce bordel sur le film The Interview et un nouveau hack de Sony Pictures a eu lieu, j’ai eu un léger doute. J’éprouve une légère fascination morbide sur la Corée du Nord, pays sur lequel je me suis beaucoup documenté sans trop savoir pourquoi et duquel je pourrais parler pendant des heures sans trop savoir à qui.  Et du coup j’ai eu très envie de voir Prouts & Caca à Pyonyang.  Surtout que de fortes tensions géopolitiques ont entouré la sortie de ce film et que le Cher Leader en personne a lui même été très en colère en le voyant. Bon sang ! On devait donc avoir ici un film qui balance, un film qui vulgarise un peu certes, mais qui permettrait au plus grand monde de comprendre l’horreur du régime nord coréen, un film au contenu chargé !

Je n’ai pas été déçu. Pour « chargé », c’était bien chargé. Du très lourd, même.

Prouts & Caca à Pyongyang : Un Résumé.

Au début du film, James Franco interview Eminem et lui fait dire qu’il est gay. Il retrouve ensuite son pote Seth Rogen, et se lancent tout deux sur une longue conversation à propos de leurs bites. Ensuite, ils vont à une fête, et ils parlent de vagins et de bite. Seth Rogen a un doute : il aimerait bien faire des trucs intéressant dans la vie. C’est alors que James Franco se rend compte que Kim-Jong-Un est fan de son émission, ils décident tout deux de l’interviewer et échangent longuement sur les gratifications sexuelles qu’ils pourraient en tirer. La corée du nord donne rendez-vous à Seth Rogen en Chine, sans aucune raison. Il y va, sans aucune raison. On lui dit que c’est okay pour l’interview et il rentre chez lui. Cette séquence n’a aucune raison ni aucun intérêt, si ce n’est qu’il permet à Seth Rogen de dire que la personne a qui il a parlé était une jolie femme : James Franco lui demande alors comment étaient ses nichons et s’il est rentré dans son cul. Seth Rogen répond que non.

francogueuledecon

Une dame de la CIA arrive, alors que Seth Rogen et James Franco sont en train de parler de leurs bites. Immédiatement, James Franco est subjugué par les nichons de la dame de la CIA. Elle leur demande de tuer Kim Jong Un. Seth Rogen suspecte un traquenard, surtout en voyant James Franco complètement dingue de ses nichons. Ils acceptent néanmoins d’aller à la base de la CIA pour en discuter. Seth Rogen dévoile le pot aux roses à l’agente de la CIA en lui parlant de ses nichons, et il explique qu’il pense être suspecté d’être gay parce que peut être que le gros black a ses côtés est juste là pour lui donner l’envie d’être enculé par une grosse bite.

lateuf

La CIA dément.

Bon, ils partent à Pyongyang, où ils doivent empoisonner Kim Jong-Un simplement en lui serrant la main avec de la ricine. James Franco est un peu con (ah bon?) et serre la main d’un autre type. Du coup, un drône arrive et livre une seconde dose de ricine.

.kimjongun

Pourquoi ce drône ne largue pas directement un putain de missile sur Kim-Jong-un ? Pas de réponse.

Malheureusement, la livraison du drone manque de peu d’être débusqué. Comment planquer la ricine ? La CIA et James Franco ont une idée : Seth Rogen doit cacher la ricine dans son cul. Après une scène douloureuse dans laquelle Seth Rogen insère longuement un colis oblongue dans son cul, les nords coréens inspectent longuement Seth Rogen qui se fout à poil. Il en profite pour longuement secouer sa bite dans tout les sens devant les nords coréens.

coucoutuveuxvoir

James Franco devient ensuite pote avec Kim Jong Un, qui lui offre un petit chien. Ils écoutent du Katy Perry ensemble et James croit que que vraiment, le p’tit Kimou est un mec cool, malgré les avertissement de Seth Rogen (le cerveau du duo).

Dans une scène particulièrement émouvante, Kim Jong Un avoue que contrairement aux rumeurs, il a bel et bien un trou du cul et il fait caca. Pendant que James part en vadrouille avec Kim, il se rend compte que la corréene du début du film est en faite une gentille, et ils baisent comme des lapins mais Seth Rogen est embêté parce qu’il n’a pas le droit de la toucher de la main droite vu qu’il y a du poison dessus. Et oui. C’est con.  Pendant ce temps, James Franco se rend compte aussi que Kim Jong Un en fait est… méchant. Ceci est présenté comme un rebondissement scénaristique énorme.

petit chien

Il interview alors Kim Jong Un, d’abord en suivant le script imposé par le régime. L’interview est diffusé en direct, bien sur, car la Corée du Nord adore ça le direct et tout ce qui fait preuve de sincérité et d’honnêteté. En plein milieu de l’interview, cependant, James Franco montre que c’est pas un con. Il lui demande pourquoi les nords coréens ont faim, et là, PAF, Kim Jong Un est bluffé. Il ne sait pas quoi répondre. Le chef d’une dictature de 24 millions de personnes dont 16 (millions, pas personne) crèvent la dalle n’a AUCUNE idée ce qu’il faut faire quand quelqu’un lui dit quelque chose de désagréable ; celui qui enseigne à sa population qu’il ne fait pas caca est incapable de formuler un mensonge politique de base.

Pendant ce temps, dans la salle de diffusion, une bagarre éclate. Seth Rogen tue un nord coréen en lui enfonçant un joystick dans le cul. Il bouge ensuite le cul du nord coréen dans tout les sens pour contrôler la caméra.

      mortdekim

Ils s’enfuient ensuite dans un tank, Kim Jong Un les poursuit en hélicoptère et James Franco qui n’a jamais touché un hélico de sa vie parvient a détruire l’hélico du premier coup.

Ils rentrent ensuite chez eux en héros. James Franco dit un truc rigolo à propos de la bite de Seth Rogen, et ils rigolent devant le soleil couchant. FIN.

Ca valait vraiment la peine de nous emmerder avec ce film.

Pendant toute la polémique sur le fait qu’il fallait sortir le film ou non, je me suis un peu gratté la tête. Je m’en doutais un peu, de ce qu’il y avait sur la pellicule, mais j’avais tout de même un léger espoir : celui que l’on ne mette pas une pagaille internationale à propos d’un film dont l’humour à un niveau qui descend en dessous de cui de la cour de recré. Apparement, il y a un mot pour ça « Comédie potache ». Quand vous voyez le mot « potache » associé à une critique de film, vous pouvez être sur qu’au moins un des gags reposera sur un prout.

Et du coup, je me pose la question : au lieu de sortir le film, ne fallait-il pas capituler franchement ? Non seulement le détruire avec toutes ses copies, mais également comme l’a suggéré Le Gorafi, livrer Seth Rogen et James Franco à la dictature nord-coréenne ? J’ai le tort de le penser. Un peu.

C’est d’autant plus con qu’il y avait largement le moyen de faire un bon film : le pitch de départ est excellent. La corée du nord vue avec des yeux d’occidentaux ? Je ne connais pas d’autre film qui l’ont tenté. A certains moments, pendant le visionnage, l’espoir nous frôle, car le film frôle l’intéressant. Lors d’une scène, on visite en voiture de Pyongyang avec ses fausses épiceries pour donner l’illusion d’un pays bien nourri… on approche d’un petit semblant de qualité et puis PAF »Mais au fait, Kim, c’est vrai que vous n’avez pas de trou du cul ? « .

Il y a également le débat de savoir si Hollywood peut se permettre de faire ce genre d’humour au sujet d’un pays qui tue sa population à tour de bras. On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde, parait-il. Un film avec un Kim Jong Un ridicule est possible, Team America : World Police, par les créateurs de South Park pourtant très portés aussi sur la Scatophilie fait preuve de bien plus d’audace et de talent sur le même sujet.

Pour se justifier, certains membres de la production invoquent Le Dictateur de Chaplin, un peu comme un abruti sort une (vraie ou fausse) citation d’Einstein pour se donner un peu de contenance dans un dîner juste après une blague de cul. C’est omettre deux petits détails . Tout d’abord Le Dictateur a été réalisé par un talent du cinéma à une époque où l’on ignorait l’existence des camps de concentration.

Ensuite, et surtout, Charlie Chaplin n’insère à aucun moment de son film des objets dans son cul. Et ça, ça fait un peu toute la différence.

coucoutuveuxvoir

 

Entre les deux, une petite différence.