J’ai testé pour vous : le programme pour enfant de Netflix.

Avoir un enfant change quantité de choses dans la vie d’un homme. Le sens des priorités évolue. On se met à dépenser son argent différement, et l’idée d’une sortie excitante évolue de rester au pub jusqu’à minuit à boire 4 pintes et en terminant par chanter le générique de La Bande à Picsou pour devenir des promenades à la base de loisirs de Cergy Pontoise un samedi d’automne à 16h (c’est gratuit, hors saison.)

Mais avoir un gosse, ça change aussi tes programmes TV. La lueur d’espoir que j’avais cru percevoir en voyant mon enfant captivé à l’age d’un mois par Mad Max 2 a disparu en même temps que ce dernier a découvert le programme pour enfant de Netflix.

J’ai donc procédé à une analyse rapide des séries Netflix que semble apprécier mon enfant, à fin de rendre service aux quelques parents qui liraient ces lignes.

Cet article, pour le moment franchement léger, sera mis à jour au fur et à mesure des expérimentations

Petit Ours Brun

Petit Ours Brun est un dessin animé qui me fait froncer les sourcils chaque fois que je l’expérimente. Tout d’abord, parce que dans ma tête, Petit Ours Brun, ça ressemble à ça :

Et en aucun cas à ça :


Quand j’étais petit, et que la première série était déjà diffusée je trouvais le générique et la chanson de Henri Dès suffisament traumatisantes pour  ne pas avoir envie d’aller chercher plus loin. Après tout, j’avais déjà Téléchat (tiens, faudra que j’essaie de le passer à mon fils) pour me traumatiser.

Bref, bien conscient que jamais un enfant qui aurait grandi en regardant Petit Ours Brun n’accepterait de montrer à son enfant un truc pareil, les ayant droit ont commissionné cette nouvelle série, avec une esthétique qui se donne un air plus sympathique. Un peu comme quand la clientèle du KFC enfile une tenue de soirée.

Ca peut marcher pour les enfants, mais ça ne prendra pas l’adulte que je suis qui sait pertinemment que les ours sont des créatures horribles coutumières de ce genre de fait divers :

Screenshot_20160821_224844Screenshot_20160821_224748Screenshot_20160821_224702Screenshot_20160821_224613

Je serai pas surpris que cette série soit l’oeuvre d’un tueur en série sadique, de la même espèce que celui qui offre des bonbons aux enfants dans des parcs afin qu’ils se sentent faussement en sécurité.

En plus, je ne suis pas certain des valeurs diffusées par cette série : soyons franc, Petit Ours Brun est un sale petit con. Il passe son temps à faire des conneries, refuse de prêter ses jouets, emmerde ses parents à longueur de journée et cause des dégats considérables au mobilier. Pendant ce temps, le générique le décrit comme « malin » et « coquin » et les parents ne le grondent jamais.

C’est assez suspect. Je serais Papa Ours Brun, je lancerai au moins quelques gros mots par épisode, mais non. Son calme est franchement désarmant. Du coup, je continue de regarder, car je m’attends à un rebondissement bien gore au dernier épisode.

Et d’ailleurs, qu’est ce que c’est que ce bordel? Le Prénom de « Petit Ours Brun » est « Petit Ours », tandis que ses parents s’appellent respectivement « Papa Ours » et « Maman Ours ». Mais donc, les parents de ses parents leur ont donné ces noms là quand ils étaient gamin ? Y’a t’il du mariage forcé dans l’air ? Ou bien est ce quelque chose de plus lugubre, et Petit Ours Brun vit il dans un univers où son Papa a toujours été un papa ?

Putain.

Cette série me fait chier profondément. En plus ils habitent à la campagne, ne sont même pas fermiers et ne foutent jamais les pieds dans une ville ou dans un magasin : de quoi vivent ces gens ?!

L’avis de mon fils : Il fait des bisous à mon smartphone quand je mets un épisode dessus, donc j’imagine que ça lui plait.

Trotro l’âne rigolo

Ca va aller très vite.

Le concept de Trotro l’ane Rigolo, c’est « On va faire Petit Ours Brun… mais avec un âne. » .

Et ça marche. Trotro est un âne aussi peu rigolo que Petit Ours Brun est un emmerdeur. Et il est aussi emmerdeur. Il passe son temps à se rouler dans la boue, à piquer les jouets des autres, à refuser d’aller au lit, et de manière générale à empêcher sa famille de tourner rond.

Mais comme le dit le générique, il est « trop trop rigolo » et c’est « l’ami qu’il vous faut ».

trotro

J’aurais un pote pareil, je passerai mes journées à me demander quel méfait insondable j’aurais donc pu comettre pour mériter une telle punition cosmique.

L’avis de mon fils : Il dandine des fesses quand la trompette du générique se fait entendre. Ca veut dire qu’il trouve le dessin animé bof, mais que la trompette, en revanche, c’est trop le bon kif.

Les films Disney

Bizarrement, la valeur sure reste la valeur sure.  Préférez ceux avec des chiens et des chats si vous voulez les montrer à des enfants en bas âge, évitez surtout le roi lion et attendez plutôt qu’il atteigne un âge où son esprit critique lui permet de distinguer les faits réels de la Propagande.

Pokemon

Certains me diront peut être que Pokemon, c’est peut être un peu trop tôt pour un enfant de un an. C’est faux. Il n’y a pas d’âge pour apprendre que maltraiter des animaux pour sa propre gloire en les enfermant dans des boites et en les forçant à se foutre sur la gueule alors qu’ils n’ont rien demandé, c’est excessivement cool. Mon petit a semble-t-il parfaitement intégré le concept puisque je l’ai surpris à plusieurs reprises essayer d’arracher les énormes couilles de mon chien. Dont une fois avec les dents.

Pokemon est une série hautement instructive. En plus d’inculquer à votre progéniture l’absence de respect total auquel les animaux ont droit, la série enseigne également que c’est parfaitement normal de quitter ses parents à l’age dans 12 ans pour passer ses journées à se promener dans les bois à la recherche d’animaux sauvages. Parler aux étrangers qui veulent « des petits services » n’est pas seulement une activité autorisée, elle est également encouragée.

Malheureusement, Pokemon n’enseigne à personne le snes de l’observation ou de la jugeote élémentaire. Vous n’imaginez pas le nombre de fois où j’ai hurlé devant ma TV : « Ce ne sont pas des marchants ambulants, c’est la Team Rocket, TAS DE CONS. » devant mon fils parfaitement médusé. J’imagine que lui même comprend qu’après 47 tentatives de vol de leur Pikachu par le même couple bizarre, il faudrait logiquement un peu plus qu’une fausse moustache pour que la 48ème aie une chance d’aboutir.

250px-lord_sir_james_jamison

Mais pas les héros de Pokemon, non. Ils sont cons comme des pelles. En cela, j’imagine qu’ils s’entendraient bien avec Trotro et Petit Ours Brun, et qu’un crossover entre les trois séries pourrait être marrant.

Ils l’ont bien fait pour les Experts.

L’avis de mon fils : Il échoue lamentalement au pokerap, mais je garde espoir. Il a le temps avant l’entrée en maternelle.


Man Vs Food.

Alors ce n’est pas vraiment un dessin animé, et il faut ruser un peu légalement pour y accéder sur Netflix US, mais si votre gamin est comme le mien, et bien voilà quoi : Man Vs Food, c’est un gros bonhomme qui bouffe des burgers gros comme mon cul, avec du piment chaud comme le votre.

Le but de l’épisode est de savoir s’il va arriver à la fin du plat ou non. Contrairement à la série Olive & Tom, parfois, ça finit mal.

ccba60d381e9eeda2e78719bf44da78e

L’avis de mon fils : « Hmmmm!!! MMmmm !!!!! MMMMMMM !!!!!!! » 

Gilmore Girls

gg306-41fc4499_-_h_2016

En tant qu’adulte, quand vous retombez sur Gilmore Girls après Netflix, il y a tout d’abord le coup de cafard immédiat consécutif à la réalisation subite que lors de la première diffusion, vous aviez l’âge de vous taper la fille alors que maintenant c’est plutôt la mère qui vous correspondrait le plus. Une fois le choc passé, vous gardez cette pensée pour vous, avant de la poster parfaitement incognito sur un blog miteux.

Bref.

Gilmore Girls est actuellement la série préférée de mon fils (1 an, rappelons le), pour une raison que je ne m’explique temporairement que parce que le générique est sympa.

J’espère avoir plus d’éléments plus tard sur la fascination étrange qu’il peut avoir sur le reste de la série. A ce stade, je ne peux que me perdre en théories :

  • Il y a un mec qui porte une chemise à carreaux et une casquette EN PERMANENCE et c’est assez hypnotique
  • Il y a un black qui parle EN PERMANENCE de manière très effeminé avec un faux accent italien et c’est assez perturbant
  • Le village de Stars Hollow est EN PERMANENCE d’une propreté hallucinante, et mon fils est né en région parisienne.
  • Une grande partie de l’action se passe dans une cuisine (voire série précédente)
  • A la fin de chaque épisode, on entend à nouveau le générique, donc bon, y’a plus qu’à attendre.

L’avis de mon fils… reste un mystère.

TO BE CONTINUED comme on dit chez moi.

 

3 commentaires sur “J’ai testé pour vous : le programme pour enfant de Netflix.

  1. Je n’ose même pas imaginer l’article qu’il va nous pondre quand il va découvrir que les anciennes chansonnettes dédiées aux chti nenfants parle d’inceste et de viol…
    J’attends ça avec impatience

  2. très bonne analyse, sache qu’il y a une « amélioration » analytique notable vers ses deux ans et malheureusement seul trotro et petit ours brun font partis de la nouvelle sélection.
    Oups j’oubliais il y a aussi la découverte de masha et mishka « encore un ours 😉 et une petite fille qui passe son temps à faire des conneries sans l’ombre de ses parents… 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s